Promenade du 15 août : Forêt Noire ... un peu plus au sud

C’est la troisième année que nos membres alsaciens, Roland et Yolande Schmitt, organisent la promenade du week-end du 15 août.

Des 8 "pionniers" de l’édition 2008 pour une découverte de l’Alsace du Nord, 13 couples s’inscrivent en 2009 et 16 cette année pour parcourir la Forêt Noire.

Roland et Yolande nous attendent à Ribeauvillé en Alsace le samedi matin à 8h30. Pour ne pas se lever aux aurores, les époux Colom (Ford Taunus), Schwab et Marc (Porsche 911), Morin (Jaguar E), Dossmann (Triumph TR3) et Spangaro (Mercedes cabriolet) avaient avancé leur arrivée au vendredi soir, leur permettant ainsi de goûter à la gastronomie alsacienne.

Pour une fois nos vosgiens Odille (Simca P60) furent devancés par Vaconnet (Porsche 924) et Brison (Alfa GTV),et dans la foulée, les rejoignirent Vittemer (Ford Escort), Vaicle (205 cabriolet) et Violini (Alpine V6) et Thiebaud (Triumph TR3).

Les Giroud se présentèrent avec une Mégane CC dernier modèle, cadeau d’anniversaire de leur fils (une location pour le week-end, faut pas réver ….).

Manquaient à l’appel les Frustin, obligés de faire demi-tour à cause d’un cable d’accélérateur cassé sur la MGB. Un transfert des affaires et du toutou dans la Polo de Chantal, ils rejoindront la troupe au repas de midi.

Avant de passer la frontière, une petite pause au bout de ...13km pour un petit rafraichissement.

Après le passage du Rhin sur le barrage de Marckolsheim, et au bout de 23 kilomètres, première (et unique) séance de jardinage du week-end malgré un road-book très détaillé.

Vite remis dans le droit chemin par la voiture balai, premier ravissement des yeux dans le massif d’origine volcanique du Kaiserstuhl, contrefort de la Forêt-Noire. L’homme a façonné la montagne en terrasses pour permettre la culture de la vigne, l’occasion de sortir les appareils photos.

Passage devant la ruine du Hochburg, chateau du 12e siècle (détruit au 17e)

Au bout de 60 km dont 8 de montée à 10%, un restaurant d’altitude à Obersexau nous attend. On se dégourdit les jambes dans une pente à 18 %, histoire aussi de se mettre en appétit.

L’après-midi direction St-Peter avec autorisation exceptionnelle de se garer dans la cour de l’ancien monastère. Visite de la basilique (1750) exceptionnelle par sa beauté, de style baroque et rococo.

Ensuite, pause dans un moulin au fond d’une vallée, pour dégustation du fameux jus de pomme. Visite de la boutique de souvenirs avec un échantillonnage de coucous fait main, quelques achats mais c’est le chalet de charcuterie locale qui fit le bonheur de quelques-uns (on ne dénoncera pas).

En fin d’après-midi, direction l’hôtel, accompagnés des premières gouttes de pluie à l’arrivée à Kirchzarten.

Réglage de culbuteurs pour la TR3, un bon repas et une nuit reposante dans cette petite ville climatique bien calme, réputée pour ses manifestations de VTT.

La pluie et la grisaille nous accompagneront toute la matinée du 15 août, nous privant de la vue en altitude sur les paysages de la Forêt-Noire.

Mais les routes qui nous amenèrent à 1124 m d’altitude pour rejoindre la ferme auberge étaient dignes des meilleures spéciales ou course de côtes que nous aimons tant. Alors que seuls 6 courageux entamèrent la promenade pédestre d’avant-repas, tous les autres anticipèrent l’heure de l’apéritif et goûtèrent le vin blanc local. Autre particularité, cette ferme auberge revendique la possession de la plus haute tireuse de bière d’Allemagne (voir photo).

Après un repas typique, la descente prudente sur la route détrempée fut l’occasion d’une série de photos de toutes les voitures et de leurs équipages.

Et soudain le soleil réapparu dans la plaine, au moment de traverser le Rhin, d’est en ouest, sur le pont de la célèbre et plus ancienne centrale nucléaire française de Fessenheim.

Le dernier arrêt à Ammerschwihr donna l’occasion à tous les participants de remercier chaleureusement Roland et Yolande pour l’organisation parfaite (comme d’habitude) de ce week-end convivial.

Et l’on se sépara en se donnant rendez-vous aux Virades fin septembre et aux Boucles d’Automne.

Aucune panne ou incident à signaler, malgré 500 à 550 kilomètres parcourus pour les nancéiens.


Texte : Alain - Photos : Alain, Annette, Annie, Antoine, Jacky, Michel, René et Roland.


Retour à la page d'accueil